Hub sur Loir

Un double pari, une rencontre et le début d'une aventure partenariale 


 

Installer une activité de conseil fondée sur une expertise dans le domaine des études marketing, sur un territoire tel que le Vendômois, est un double pari.

Celui de réussir à construire une offre de services tenant compte des habitudes et des attentes des acteurs du territoire : agriculteurs, artisans, petites entreprises très industrielles, collectivités ….

Celui de contribuer à développer un réseau de professionnels articulant leurs complémentarités et fédérant leurs compétences,

pour proposer une offre de services en prise avec les réalités du territoire, 

pour mettre à la disposition de toute entreprise, des outils taillés pour sa communication et son marketing.

 

Un tel réseau est un vecteur d’attractivité pour un territoire tel que le Vendômois, faisant exister, loin des métropoles, de leurs agences et de leurs instituts, des expertises que les grands groupes utilisent couramment.

Hub sur Loir est né de cette idée et d'une rencontre. Olivier Golibrodski - AtoutREVE et moi-même avons lancé le Hub en développant ensemble une offre vidéo. 

D'autres offres sont en cours de développement et d'autres indépendants s'apprêtent à nous rejoindre (graphiste, évènementiel), retrouvez-nous sur le site du Hub et sur les réseaux sociaux ! 

 

 

 

Comment travaillons-nous ?
Cas particulier des films concernant les sapeurs-pompiers
Par Olivier Golibrodski - page Facebook de Hub sur Loir 

Il y un peu plus d’un an, nous avons donc décidé de développer ensemble une gamme de produits vidéos en jumelant nos complémentarités, au rang desquelles : des compétences artistiques, une expertise technique, des savoir-faire en termes de communication et/ou marketing, et au niveau logistique. 
En fonction des compétences à mobiliser, l’un de nous deux intervient plus que l’autre, parfois seul, ce qui n’empêche pas l’autre de donner son point de vue, d’apporter parfois aussi la « cerise sur la gâteau ».
Pour que ça fonctionne, il est aussi important d’avoir une bonne entente, une bonne complicité, sachant que l’objectif est de réaliser un produit qui nous convienne, mais surtout qui convienne au donneur d’ordres, réponde à ses attentes et à ses objectifs.
Voici les grandes étapes de notre démarche :
• Un prospect ou un client nous fait une demande. Généralement nous proposons une rencontre pour préciser celle-ci. Nous faisons une proposition budgétée. Le travail commence après accord sur celle-ci.
• Catherine prépare un scénario (contenu des séquences, leur ordre d’apparition, leur durée) que nous rebouclons ensemble, puis avec le client. 
• Ensuite et sur la base du scenario nous construisons un story-board. C’est à ce moment-là que je décide du placement de la caméra selon les scènes, des accessoires à utiliser, et que je prends en compte le contexte (tournage intérieur / extérieur)
• Lors du tournage, je tiens le rôle du caméraman, Catherine reste alentours ou s’occupe de l’interview quand il y’en a une (préparer la personne qui va être interviewée, poser les questions, écouter l’interviewé pendant que je le filme et lui poser de nouvelles questions issues des réponses précédentes, l’aider à se relancer quand il perd le fil de son discours, etc.)
• Après je m’occupe des « rushes » : élimination de toutes les séquences qui ne sont pas à retenir. Par exemple, pour le secours routier j’avais initialement 45 minutes de film, et après cette opération il me restait 12 minutes. En fait, cette opération était assez simple, car le plus délicat a été, ensuite, de passer de 12 à 4 minutes tout en conservant le sens de l’histoire, et que ce soit agréable à regarder tout en étant complet !
• Vient ensuite le montage que nous effectuons ensemble : c’est la partie la plus importante après le tournage ; Catherine intervient principalement sur ce qu’il faut conserver, l’ordre des séquences, leur durée, pendant que je m’occupe des manipulations correspondantes et des aspects techniques du montage. Ceci dit, on décide tout en accord.
Nous veillons aussi à respecter une certaine cadence (ou un rythme) sur le film travaillé.
Enfin nous travaillons les textes s’il y’en a.
• En parallèle je vais m’occuper de la partie sonore s’il y’en a une : voix-off, choix d’une musique existante ou création sur mesure, etc… mais rien ne sera ajouté sans l’avis de Catherine.
Le film est monté, plus qu’à le présenter !

En ce qui concerne les vidéos pour les pompiers, le travail a été différent puisque nous n’avons pas pu établir de scénario au préalable. Ne connaissant pas non plus le déroulement des procédures lors des manœuvres, le tournage fut plus délicat. C’est lors du montage qu’il a fallu scénariser ces séquences. 
En fait, pour tous les films sauf le GRIMP, il a fallu retravailler l’ordre de séquences pour bâtir une histoire qui ait du sens, pour qu’il y ait un début et une fin et non pas un simple défilement d’images, ça a été le tour de force de Catherine que d’y arriver.

















Date de dernière modification de cette page: 12/02/2019


QR Code de cette page




Partager cette page






 

Des outils et des expertises pour construire des réponses opérationnelles à vos questions